Premiers poèmes

Quand les mots s’en mêlent

Les mots s’emmêlent, les mots se cherchent à cœur ouvert

Les mots se bousculent, les idées se cachent, faute de mots

Les mots s’apprivoisent, les pensées surgissent, traits lumineux

Les mots s’aventurent, les mots se déguisent, les mots s’enchaînent

Les mots sont posés, chantés, envolés, plaisirs fugaces

Les mots doux, les mots jouent, à demi-mot

Les mots blessent, les mots « Caresse sur le papier »

Les mots gourmandent, les mots s’étendent, d’un trait léger

Les mots plaisent, les mots s’émancipent à nos oreilles

Les mots chuchotent, les mots nous changent en profondeur

Les mots à dire, les mots s’échangent, les « mot pour mot »

Les mots rient, les mots crient, les moqueries

Les mots claquent, les mots frappent notre imagination

Les mots libres, les mots « Vivre et Rêver »

Les mots étranges, les mots mélangent toutes nos idées

Les mots racontent, les mots s’affrontent dans nos cerveaux

Les mots s’imaginent, les mots s’émerveillent, les monts et merveilles

Les mots qui courent, les mots contemplent, les mots discrets

Les gros mots, les petits mots, les bons mots

Les mots « farandole et dégringole », les mots se collent

Les mots drôles, les mots cajolent, les mots consolent

Les mots nourrissent, les mots guérissent toutes nos douleurs

Les mots s’épanouissent, les mots grandissent nos amitiés

Les mots crapahutent et déambulent, quels drôles de mots !

Les mots joueurs, les mots farceurs, un peu de bonheur

Les mots de passe, les mots qui tracent un doux chemin

Les mots de la fin, les mots sans rien qu’un peu de temps

Les mots reviendront, d’autres mots s’en mêleront pour dire nos maux

Pour dire nos peines, pour dire nos joies et nos espoirs

 

Voici quelques poèmes dés élèves de la classe de CM2.

Je me lundise jusqu’à la semaine

Je me moise jusqu’à l’an

Je m’entee-shirt et je m’enjean

Je m’enpull ou je m’engilet

Je m’encopine jusqu’aux amies

Je m’enfamille jusqu’aux êtres précieux

Je m’enfamille de coeur

Je m’enllume pour les étoiles

Je m’enklaxonne les oreilles

Je me blancote jusqu’au déjeuner

je me mathématique jusqu’au soir

Je me goûte des chocos

Je me couverte pour dormir

Je me glissade dans un bain

Je m’encoeur d’amis

Lisa

A 6h30, mon réveil sonne, ma mère vient me voir et me dit

– Lève-toi, il y a école aujourd’hui !

Je me dis que c’est cool ; je suis à côté de ma copine en classe

Et que j’ai hâte de voir mes amies et mon copain Ewen aussi

Mais bon c’est dur aussi le travail ; j’écris des poèmes, j’écris des histoires

Quand j’écris ça me fait mal à la main mais je continue quand même

Servane

Je me trousse mes crayons

Je me jeudi jusqu’au samedi

Je me tais jusque parler

Je me stylote jusqu’à la réponse

Je me trace écrite jusqu’à la fin de la page

Je me carte les tours de magie

Je me plante jusque pousser

Servane

Je m’école en voiture

Cameron

Je me pédale sur mon vélo

Je me soif de beaucoup d’eau

Je me soif de beaucoup de vélo

Je me soif de beaucoup d’école

Je me soif de beaucoup de mon lit

Je me soif de beaucoup d’arbres

Je me soif de beaucoup dehors

Je me soif de beaucoup de mon amour

Je me soif de beaucoup jouer avec mes copains

Cassandra

Ma main parle

Ma main s’ennuie

Ma main écrit

Ma main bouge

Ma main fait des fautes

Ma main touche à l’épervier

Ma main est moche

Ma main est noire

Ma main amortit mes chutes

Ma main loupe des tcheks

Ma main fait des Kamehas

Ma main fait des Finel Flacks

Dylan

Je me grammaire jusqu’à plus rien

Je me vocabulaire jusqu’à l’ennui

Je me conjugaison jusqu’à la récréation

Je m’histoire jusqu’à l’énervement

Mais je me mathématique jusqu’à la joie

Je m’attends la récréation

Je m’écris une bande-dessinée

Je me rêve le match de foot

Esteban

Je me console de guerre dans ma chambre

Je me cahier la tête jusqu’à la fin du cours

Je me stylo jusque sur le cahier

Je me règle jusqu’au bout de la table

Je me cherche jusqu’au bout de la tête

Côme

Je me descends jusqu’en bas des escaliers

Je me descends pour manger

Je me descends pour me promener

Je me danse jusqu’au bout du monde

Kaïna

J’ai une question

Est-ce que je peux écrire que j’ai une question ?

Est-ce une question ?

Et ça, c’est une question ?

Comment on arrête de poser des questions ?

Oh non, j’ai reposé une question

Ah oui, je n’ai pas posé de question

Comment j’ai fait ?

Ca y est j’ai reposé une question

Pourquoi pose-t-on des questions ?

Stelly

 

 

 

 

2 réflexions sur « Premiers poèmes »

Répondre à fabienne swiatly Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *